PETER LIECHTI (1951-2014)
Recherche : Contacter  
Films / Livres : Collaborations : Biographie : Prix et mentions : Textes 
Actualités : DVD/Livres/VoD : Téléchargement : deutsch : english : italiano : 中文
 
AUSFLUG INS GEBIRG (1986, Fiction/Essay, 3:4, 16mm blow-up comopt; DVD / DigiBeta, 33')
Index : Clips/Trailer : Crédits : Textes à propos du film : Revue Presse : Distribution, vente, données techniques : Téléchargements
image_1image_2image_3image_4

Pendant les vacances d'été quelqu'un fait une excursion de 5 jours dans le pays voisin inconnu. Le délire qu'il ammène retrouve le terrain favorable idéal dans l'étroitesse alpine: le délire de montagne, le délire de climat, le délire de civilisation, le délire de mentalité... . La simple histoire de ces 5 jours est charactérisée d'action réciproque entre les environs et sa propre existance. De cette façon son délire ne diminuera pas. Il s'en réjouit même de temps en temps. Il en a besoin, de ces excursions dans les montagnes; il a besoin de sa colère pour découvrir la piste de sa malaise.

«La maison est nulle, la chambre de la merde. Je reste ici. Il y a une fenêtre pour regarder dehors. Dehors vers les pentes, les montagnes, le ciel et les nuages. Il faut suivre des chemins en biais (à flanc de cotaux) pour monter là haut. Depuis la chapelle, regarder en bas les gens tout petits. Depuis là on peut voir plus haut encore. Jusqu'aux montagnes les plus hautes, jusqu'aux pointes et aux pics tout là haut. Aspirer les vallée avec des jumelles. Rester figé dans le calme montagnard. Pas de mouvement là haut. Tout est plat depuis la hauteur la plus haute. On ne se sent pas bien, le devoir de jouir monte. Le devoir de contempler. On doit regarder en bas, on cherche l'euphorie. On gobe l'air pur des montagnes. J'envoie mes pensées vers le bas mais elles s'élèvent. Un vent ascendant les fait monter. En haut elles crèvent dans l'air qui se raréfie.
La montagne détruit mes pensées, la montagne rend con.»

«J'ai fait quelques photos. De la pente d'en face. Elle a l'air toute spongieuse. Comme des coussins verts avec des petits ruisseaux. J'espère qu'il y a des télésièges. Je souhaite faire un tour en télésiège. Sur d'infinis alpages avec un télésiège infini. Je veux gondoler par dessus les pâturages, cligner des yeux, respirer les odeurs ténues, m'endormir un peu. (…)»

Festivals:
Solothurn 1986
Bludenz
IFF Rotterdam 2009

© 2003-2019 : www.peterliechti.ch  : Imprint :  Haut de la page : Konzept Claude Brauchli / Programmierung+Entwicklung Mathias Knauer